Tomate et Umami sont dans un avion

Sel au celerie - Photo copyright Didier LagetC’est un secret de polichinelle, en avion on boit du jus de tomates. Plusieurs raisons à cela, d’abord parcelle c’est bon, mais deux études différentes avance une théorie qui expliquerait cet engouement.

Lufthansa

C’est la théorie la plus connue, en 2008, la Lufthansa s’est aperçue qu’elle servait 1,7 million de litres de jus de tomate par an à bord de ses vols. Elle a financé une étude auprès de spécialistes du goût du Fraunhofer Institute in Holzkirchen. Ceux-ci ont fait de tests qui on révélé que lorsque la pression de l’air diminue, les limites de la perception du goût et de l’odeur augmentent. Il vous faut plus d’épices de sel ou de sucre pour qu’ils aient le même goût qu’au sol. En revanche la perception des parfums fruités reste stable. Ce qui fait que le parfum du jus de tomate normalement ennuyeux paraît délicieux. De la même manière le café paraît plus amer et le riesling plus acide. Des tests effectués dans des chambres à basse pression confirment ses résultats.

Sauf que moi je ne suis pas du tout d’accord, le jus de tomate, je l’aime aussi au sol et je ne le trouve pas ennuyeux.

Le bruit

Un scientifique américain, Robin Dando, Cornell University à Ithaca, N.Y, prétend lui que cette modification de la perception du goût vient du bruit. Il a découvert que des conditions de bruit élevées n’ont pas beaucoup d’effet sur les saveurs salées amères ou acides. En revanche le sucré est diminué. IL parle aussi de Umami, mais comme je ne suis pas d’accord avec sa théorie j’arrête là, car j’aime le jus de tomate aussi dans le calme.

Le détail

Un truc m’amuse Air France accompagne ses jus de tomates avec du sel de céleris – Miam et bravo! – et Lufthansa avec du sel et du poivre! Fail! Quelle honte 🙂

Periple

Des objets vagabonds, des idées du bout du monde, des valises mais pas sous les yeux, des voyages, à la masse, pas du tourisme de masse, des voyages désorganisés, des envols à tire-d’aile, des eldorados, des radeaux, des dauphins, des faims de découvertes. C’est ça Périple.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *