Tourisme de masse à Venise

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

Gianni Berengo Gardin est un grand photographe italien. Il devait exposer au Palazzo Ducale, 27 photos d’une série qu’il avait intitulé, Mostri a Venezia, les monstres marins, consacrée aux navires de croisière qui passent dans le bassin de San-Marc, la partie de la lagune de Venise qui se trouvent en face de la place Saint-Marc. Mais le maire de Venise, Luigi Brugnaro, a décidé que cela nuirait à l’image de la ville, alors il a censuré l’expo, comme du temps de Mussolini.

Ah non, il ne l’a pas censuré, il l’a déplacé à une date ultérieure non encore déterminée, c’est pas pareil!

Alors voici une dizaine de ces photos. On y voit bien comment ce tourisme de masse détruit lentement la ville, c’est lui qui nuit à l’image de marque de Venise, pas les photos de Gianni Berengo.

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

©Gianni Berengo Gardin courtesy Fondazione Forma per la Fotografia

Periple

Des objets vagabonds, des idées du bout du monde, des valises mais pas sous les yeux, des voyages, à la masse, pas du tourisme de masse, des voyages désorganisés, des envols à tire-d'aile, des eldorados, des radeaux, des dauphins, des faims de découvertes. C'est ça Périple.

You may also like...

4 Responses

  1. Marianne Känzig says:

    Auch Tourismus kann schön sein. Wunderbare Bilder!

  2. Épouvantable ! Vive la décroissance !

  3. Salvatore says:

    C’est la même chose à la Caraïbe, des milliers de touristes qui débarquent en même temps et qui se foutent de la vie locale, écoeurant!

  4. Trut says:

    dire qu’un bâteau de croisière encore plus grand vient de sortir ! Quand il y a 6OOO personnes qui débaruent en meme temps, ca va donner quoi?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *