Je ne suis pas allé à Berlin à cause des médias

Redacteur Free Lance

Encore une fois, je n’ai pas pu rendre visite à mon ami Didier, et encore une fois, ce fut indépendant de ma volonté. Deux actualités me concernant se sont télescopées.

D’abord, j’ai sorti avec Harry Roselmack un recueil de nouvelles intitulé « Nouvelles d’après 20h » qui a fait grand bruit et laissé entendre que ma carrière prenait un virage à 90°. Ensuite, le fake sur les réseaux sociaux annonçant mes adieux à la rédaction a fini de mettre en ébullition le monde de l’édition et de la communication.

Harry-Roselmack-Michel-Douard-Nouvelles-d-apres-20h

Suivi jour et nuit par les paparazzis, harcelé au téléphone par toutes les radios et télévisions européennes, supplié par les agences de ne pas mettre mes projets à exécution… J’ai été contraint de m’exiler à Taïwan, seul pays du globe où je demeure un parfait inconnu.

Malgré mes nombreux démentis, par l’intermédiaire de mon agent à New York, les professionnels affolés et le public angoissé m’ont entraîné dans une spirale médiatique qui a bien failli ruiner ma vie de famille.

C’est ainsi que j’ai choisi l’organe de presse de référence, Rédaction Magazine, pour faire une mise au point et revenir sur les étapes les plus émouvantes de mon parcours rédactionnel. C’est pour cette seule raison que je n’ai pas eu le temps d’aller à Berlin.

Periple

Des objets vagabonds, des idées du bout du monde, des valises mais pas sous les yeux, des voyages, à la masse, pas du tourisme de masse, des voyages désorganisés, des envols à tire-d'aile, des eldorados, des radeaux, des dauphins, des faims de découvertes. C'est ça Périple.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.